La dominance : en finir avec un mythe

La dominance, que l’on peut définir comme la suprématie absolue d’un individu sur un autre, est une théorie très répandue dans les milieux cynophiles. Ce modèle hiérarchique pyramidal sert aussi bien à décrire les relations entre les chiens que celles entre les canidés et les humains. Décryptage d’un mythe.

La théorie de la dominance et de l’alpha est née il y a quelques décennies avec des études menées sur des loups par le docteur Frank Beach. Forte d’un grand succès, elle a été vaillamment transposée au chien domestique, puis s’est imposée dans la culture cynophile. L’idéologie s’en est mêlée, le chef de famille, maître sur ses sujets inféodés, devant aussi régner sur son chien sous peine de grands débordements, voire de révolution sanglante.

alpha-roll-dog

L’alpha roll, ou forcer le chien à la soumission pour lui montrer qui est le chef… Le plus sûr moyen de se faire mordre ! Certains éducateurs « virils » en usent et en abusent, malheureusement pour les chiens et leurs maîtres…

 

Depuis, l’éthologie s’est penchée sur le chien de compagnie, canis familiaris, longtemps tenu en mépris en raison même de sa proximité avec l’être humain. Parmi ces éthologues de renom, Adam Miklosi, de l’université de Budapest (cf vidéo en bas du paragraphe). Et Frank Beach est revenu sur ses observations : les loups étaient captifs (ce qui faussait tout), les analyses erronées – la mise sur le dos, par exemple, n’est pas imposée par le loup le plus assertif mais initiée par son subordonné, qui lui propose la soumission de son plein gré, de manière volontaire et ritualisée. Néanmoins, malgré les voix des spécialistes, la dominance continue à être enseignée, transmise, entendue. Il est populairement admis que les chiens cherchent à se dominer, à nous dominer, qu’il faut les soumettre pour éviter tout danger. L’erreur ne serait pas grave si elle n’impactait pas la manière dont on pense les chiens, dont on agit avec les chiens, dont on dresse et rééduque les chiens.

Adam Miklosi, de l’université de Budapest, évoque la notion de dominance

La dominance intraspécifique

Le chien n’est pas un loup : de cette affirmation découle que la transposition stricto sensu du modèle de Frank Beach était en soi une aberration. De surcroît, les études ultérieures ont démontré que les meutes de loups libres ne fonctionnaient pas selon un schéma hiérarchique mais selon un modèle familial : un couple parental associé à sa descendance, de l’année ou d’autres années. Et que la collaboration, la coopération et surtout la ritualisation formaient le socle de ces groupes plus sûrement que la violence fantasmée. Parallèlement, les recherches sur les chiens marron ou sur leurs homologues domestiques ont toutes conclu que la dominance chez le chien est fluctuante, affaire de rencontres, de circonstances, de ressources.

Les chiens, qu’ils soient féraux ou familiers, s’associent plutôt par paires, ne forment pas des meutes mais des groupes changeants, et engagent quotidiennement de multiples interactions qui n’ont strictement rien à voir avec les rapports de force. Ils jouent, communiquent, s’apprécient ou ne s’entendent pas, s’évitent ou recherchent mutuellement le contact, s’ignorent, s’éloignent ou se rapprochent et, surtout, ritualisent leurs conflits pour ne pas avoir à se mettre en danger. Ainsi les bagarres des mâles, spectaculaires et bruyantes, dont l’on s’étonne ensuite qu’elles rien n’aient occasionné de grave, tout au plus quelques touffes arrachées.

Au sein d’une même famille, les chiens se partagent les prérogatives. L’un sera plus sensible aux déplacements, l’autre à la nourriture, le troisième aux contacts affectifs. Si dominance il y a, elle varie donc en fonction des sensibilités de chacun. Et elle est surtout déterminée par la capacité d’un des sujets à accepter de laisser la priorité à l’autre. Sans agressivité, en bonne entente. Elle n’est pas innée, inscrite une fois pour toutes dans un individu précis, elle change au gré des possibilités et des interactions. Il est ainsi rare de trouver des chiens qui affirment leurs prérogatives sur tous les postes. Elle n’est pas un « en soi », immuable : elle nécessite des interactions avec un congénère, dans un mouvement dynamique de va-et-vient (actions / réactions).

La dominance interspécifique.

Mais le plus important, c’est que la dominance n’entre en jeu que dans une relation intraspécifique, en aucun cas dans une relation interspécifique. Ainsi, s’il est un mythe qu’il importe vraiment de déconstruire, c’est celui de la dominance entre chiens et humains. Il a été prouvé, scientifiquement, que la dominance ne peut pas s’exercer entre espèces différentes. Les chiens ne sont pas des humains, nous ne sommes pas des chiens : la théorie s’effrite. Point final.

barry-eaton

Un très bon ouvrage, court et didactique, pour qui souhaite aller plus loin sur la question…

 

Qu’en est-il des comportements non désirés ?

Moult raisons, bien éloignées d’une quelconque dominance, peuvent conduire un chien à adopter des comportements non désirés par ses propriétaires. Ainsi, un chien qui tire à la laisse est-il réellement en défaut de « soumission » à son maître ? Et si la promenade était pour lui un plaisir immense, ou trop rare ? Son excitation à la hauteur de l’énergie accumulée au cours de sa journée languissante ? Et si, tout simplement, il avait fait l’apprentissage que l’action de tirer l’amenait plus vite aux endroits désirés ?

La plupart du temps, l’étiquette « chien dominant », bien confortable, évite de se poser les bonnes questions, celles qui permettraient des changements durables et un assainissement relationnel. Plus grave, les réponses apportées par les tenants de la « dominance » peuvent nuire gravement au lien entre le chien et son propriétaire car elles sont toujours coercitives, frontales et conflictuelles. Par exemple l’« alpha roll» et bien d’autres techniques du même acabit, qui ne signifient rien pour le chien et peuvent, à terme, le conduire à se méfier de son maître, à douter de lui, voire à en avoir peur. Les partisans de la dominance pensent qu’il faut passer les portes et manger avant son chien, lui interdire toute position haute et le contraindre physiquement au moindre débordement. Autant de clichés sans fondement éthologique.

Débarrassé d’un fardeau

Finalement, la dominance semble surtout un fourre-tout bien pratique, permettant de s’épargner une observation rigoureuse des animaux et une prise en compte de leur réalité et de leurs émotions. Avouons-le : en abandonnant le mythe de la dominance, l’on se sent soudain débarrassé d’un fardeau. D’une charge délétère, qui empoisonne peu à peu, irrémédiablement, le lien si précieux que l’on peut nouer avec son chien. Etrangement, lorsque tout s’apaise, en soi puis avec l’autre, l’on s’aperçoit alors que personne ne souhaitait prendre le pouvoir, qu’il était juste question d’être chacun à sa place, dans le respect et la complicité.

Marie Perrin

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s